Communiqué de presse1 décembre 2022

Les besoins humanitaires mondiaux n’ont jamais été aussi élevés d’après l’ONU - Réaction d'Oxfam

En réaction à la publication de l’Aperçu Humanitaire Mondial 2023 de l’ONU, qui révèle que 339 millions de personnes ont un besoin urgent d'aide humanitaire - le nombre le plus élevé de l'histoire – Caroline Verney, responsable de l'action humanitaire d'Oxfam Belgique, a déclaré :

« Une personne sur 23 dans le monde, soit l'équivalent de près de la moitié de la population européenne, a aujourd'hui un besoin urgent d'aide humanitaire. Cette nouvelle est alarmante.

« Les besoins humanitaires dépassent la capacité du système d'aide à y répondre. Nous devons repenser non seulement la manière dont nous essayons de répondre à ces besoins, mais aussi les défaillances des systèmes mondiaux qui sont à l'origine d'une telle croissance rapide des inégalités.

« L'aide humanitaire est en stagnation mais, une fois de plus, nous constatons que les Nations unies font appel à des ressources encore plus importantes, provenant du même groupe de donateurs, pour aider encore plus de personnes qui tentent de faire face à la crise. Une fois encore, les personnes les plus démunies ne recevront qu'une infime partie de ce dont elles ont besoin.

« Le système humanitaire mondial est déjà débordé. Nous savons que le changement climatique, les conflits, la pauvreté et les inégalités entraînent une augmentation du nombre de déplacés, de la malnutrition et des maladies.

« Nous devons à la fois répondre immédiatement à ce besoin humanitaire sans précédent et de modifier un système financier mondial, qui profite à une minorité au détriment du plus grand nombre. Comment peut-on d’une part assister à une augmentation du nombre de milliardaires, notamment dans le secteur de l’agro-alimentaire et de l’énergie, et d’autre part prétendre être incapables de financer les besoins humanitaires de millions de personnes menacées par la faim ? 

« Les bailleurs doivent répondre immédiatement à l'appel humanitaire mondial des Nations unies afin de contribuer à sauver des vies dès maintenant. Quant au financement de la prévention des catastrophes, il ne devrait être assorti d'aucune condition.

« Les gouvernements nationaux doivent également s'attaquer aux causes profondes de la pauvreté et des inégalités qui aggravent les effets des catastrophes sur ceux qui souffrent déjà. L'un des principaux moyens d'y parvenir consiste à injecter des ressources dans les services publics mondiaux, de l'adaptation au changement climatique à la protection sociale. Ce qui fait cruellement défaut, c'est le courage politique ».

 

Prenez 36 secondes pour faire reculer la faim

En Afrique de l'Est, une personne meurt de faim toutes les 36 secondes. Et la faim progresse ailleurs dans le monde. Prenez 36 secondes pour faire un don et sauver des vies.

Droite